Souvenirs de la session d’automne 2016

img_2582-petiteL’UPop Montréal a tenu le lancement de sa programmation automnale le mardi 20 septembre à 19 heures au Brouhaha Pub, coin De Lorimier et Des Carrières.

Pour l’occasion, fidèle à sa tradition de débats sur des enjeux actuels, l’UPop s’est associée à Lux Editeur à l’occasion de la parution de Ce qui est à toi est à moi: Airbnb, Uber et autres avatars de l’«économie du partage», de Tom Slee, pour organiser une table ronde sur le sujet. Laurence Audette-Lagueux, gestionnaire de campagne pour OuiShare Québec, et Guillaume Hébert, chercheur à l’IRIS, ont discuté des enjeux sociaux, urbains et économiques qui y sont liés. La discussion était animée par Eve Delmas, éditrice chez Lux.

Quant à la session 2006, elle débute le 26 septembre avec un cours «typiquement UPop», celui de Claude Vaillancourt intitulé L’empire du libre-échange: des traités aux ramifications tentaculaires. Ce cours, dans la lignée des précédents sur les paradis fiscaux ou l’économie pour tout le monde, sera particulièrement d’actualité vu la controverse entourant l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne (AECG), qui se négocie présentement.

De l’organisation politique entre les États, on change ensuite complètement d’échelle pour explorer la structure organisationnelle d’une coopérative de travail montréalaise avec le cours Grandeur et misère de l’autogestion, donné par Antoine Trussart. Un cours qui se donnera au Café Touski, puisque c’est l’autogestion de ce café, où Antoine a travaillé pendant cinq ans, qui servira d’exemple pour comprendre le fonctionnement coopératif.

Le cours suivant, intitulé Identités collectives: entre confrontation et cohésion, inaugurera aussi un nouveau lieu partenaire pour l’UPop: le bar Le Cep et le Houblon, au 2280, rue Bélanger, à Montréal. Donné par Ismaila Kane, ce cours couvrira tant les identités nationales, ethniques que  religieuses.

Après le succès qu’on connu les cours de science tels ceux qui portaient sur l’astrophysique ou sur les trois infinis, c’est à la vie elle-même que s’attaque l’UPop cette session avec le cours Comment fonctionne le vivant, donné par Adeline Gadzinski et Yves Terrat. Comment le vivant a-t-il évolué? Comment distinguer le soi du non soi? Comment réussit-on aujourd’hui à modifier le vivant? Autant de questions fascinantes que nos deux professeurs rendront accessibles.

Après s’être penchés sur les origines de la vie, nous irons explorer un exemple de phénomène singulier, généré par la culture humaine et donc complètement à l’autre bout du spectre, avec le cours Comment la culture pop nous rend plus intelligent.es, qui sera présenté par Jean-Michel Berthiaume.

Enfin, le dernier mais non le moindre, celui qui saura à coup sûr attirer votre attention, le cours Sexualité et société! Stéphanie Mathieu et Caroline Nadeau vous y attendent pour vous présenter non seulement les grandes lignes de la sexologie mais aussi les enjeux sociaux qui y sont reliés.

De la bactérie au couple, en passant par capitalisme sauvage et l’art du vivre ensemble, L’UPop se demande dans quel monde on vit et aimerait avoir votre avis! Donc c’est un rendez-vous, dans un bar près de chez vous…

Le comité organisateur de l’UPop

14231385_1242029832495220_6741118426144146218_o

Inscrivez-vous sur notre liste d’envoi hebdomadaire pour recevoir l’horaire des cours de la semaine.