Vers une justice énergétique: approches décoloniales et féministes

Présentation

Dans les communautés autochtones et paysannes, les femmes sont particulièrement affectées par le modèle énergétique hégémonique. Plusieurs mouvements sociaux en Amérique latine et au Québec s’intéressent et se mobilisent face aux enjeux énergétiques et proposent des alternatives pour une justice énergétique qui est porteuse d’une volonté d’élaborer un modèle énergétique populaire, inclusif, juste et respectueux des droits humains et de la nature, tout en permettant le contrôle des sources d’énergie d’une manière décentralisée et démocratique. L’autodétermination et le bien commun sont au coeur de ce concept.

Ce cours vise à échanger des réflexions, des analyses et des expériences de lutte des communautés autochtones, paysannes et locales affecté-e-s directement dans leur territoire par des mégaprojets énergétiques et extractifs, ainsi que d’organisations sociales qui les accompagnent dans leurs revendications. À partir des perspectives féministes et anticoloniales, cette série d’ateliers a été construite collectivement par la participation des mouvements environnementaux et pour la défense du territoire d’Amérique latine et du Québec à partir de leurs intérêts, visions et postures autour de la justice énergétique. Les cinq ateliers participatifs permettront d’explorer divers thèmes présentés par des alliées d’Amérique latine et du Québec pour mieux comprendre la justice énergétique. Cette initiative vise également à contribuer à renforcer des liens de solidarité entre les mouvements sociaux de l’Amérique latine et du Québec afin d’avancer vers un modèle basé sur les principes de la justice et de la souveraineté énergétique.

 

Cours coordonné par le Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL), le Projet Accompagnement Québec-Guatemala (PAQG) et Solidarité Laurentides Amérique centrale (SLAM), avec des invitées provenant de mouvements sociaux d’Amérique latine et du Québec.

          

 

 

Professeur-e(s)

Christina AyalaChristina Ayala est responsable de l’éducation du public au Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL). Le CDHAL est une organisation de solidarité internationale qui existe depuis 43 ans et qui travaille à la défense des droits humains en lien avec des mouvements sociaux en Amérique latine dans la lutte en faveur d’une justice sociale et environnementale. Les activités de solidarité et d’éducation du CDHA portent sur les violations de droits liées à l’extractivisme, le néocolonialisme, le néolibéralisme et les accords économiques, les conflits liés à la répression politique et la criminalisation de la dissidence. Le CDHAL suit la situation de plusieurs pays des Amériques tentant d’établir et de favoriser des liens entre les mouvements sociaux et les réalités du Sud et du Nord. Contact: projets@cdhal.org
Sabrina Théorêt-JardonSabrina Théorêt-Jardon est chargée de projet en éducation au sein de l’organisation de solidarité Projet Accompagnement Québec-Guatemala (PAQG). Sa mission consiste à mener des actions de soutien à l’attention des défenseur.e.s guatémaltèques des droits civils, politiques, sociaux, culturels et économiques, victimes d’exactions de droits humains au Guatemala. Des personnes volontaires accompagnent ces militant.e.s dans leur lutte en faveur de la justice et observent la situation des droits humains dans le pays. Les équipes au Québec, quant à elles, mettent en œuvre des activités destinées à sensibiliser le public aux enjeux de la solidarité internationale et à favoriser sa mobilisation et son engagement. Contact: education@paqg.org

Plan de session

Coopérative MaBrasserie, 2300, rue Holt, Montréal

mars 18

Énergie pour qui et pour quoi ? Énergie comme marchandise ou bien commun ?

lundi, 19 h, Ma Brasserie

Quels sont les problèmes liés au modèle énergétique en vigueur? À qui sert-il, qui le contrôle-t-il? Pourquoi avons-nous besoin d’énergie, au niveau individuel et collectif?  Ce cours vise à réaliser une analyse critique du modèle énergétique à partir des implications sociales et environnementales des systèmes de production, distribution, de vente et de consommation d’énergie. Des parallèles seront réalisés entre le Québec et l’Amérique latine, à partir des expériences de lutte pour la défense des biens communs.


avril 1

Défis des luttes pour avancer vers une justice énergétique

lundi, 19 h, Ma Brasserie

Le modèle énergétique actuel a des impacts socioenvironnementaux  à court, moyen et long terme et affecte les milieux ruraux et urbains, notamment les femmes et les communautés autochtones et paysannes. Comment ce modèle continue-t-il d’alimenter le colonialisme, le racisme environnemental, la violence à l’égard des femmes? Ce cours vise à échanger sur les  leçons tirés au sein des trajectoires de lutte des mouvements sociaux pour envisager et construire un nouveau modèle fondé sur la justice énergétique et qui respecte les modes de vie, les traditions, les cosmovisions et savoirs ancestraux des femmes et des communautés autochtones, paysannes et locales.

Voici le lien du Facebook Live de l’atelier:  https://www.facebook.com/PAQcG/videos/420791938683176/


avril 15

Capitalisme vert, fausses énergies vertes: vers où va la transition énergétique ?

lundi, 19 h, Ma Brasserie

Qu’est-ce que les énergies vertes?  Quels sont les impacts des projets  énergétiques dits verts? Quels changements et quelle(s) direction(s) impliquent la transition énergétique? Quelles sont les remises en question du système actuel dans le cadre de cette transition? Une discussion sera menée afin de déconstruire les différentes notions liées au capitalisme vert et échanger sur des expériences d’énergies vertes et renouvelables à la lumière des conflits socioenvironnementaux.

Voici le lien du Facebook Live de l’atelier:  https://www.facebook.com/PAQcG/videos/268656340707844/


avril 29

Quelles alternatives face au modèle capitaliste et énergétique ?

lundi, 19 h, Ma Brasserie

Comment sortir du modèle capitaliste énergétique actuel? Peut-on repenser le modèle de consommation d’énergie? Cet atelier explorera des initiatives porteuses en ce sens construites par les femmes, les communautés autochtones, paysannes et locales. Des pratiques communautaires, de souveraineté alimentaire et énergétique, de renforcement de l’économie locale, d’autodétermination, de décroissance seront discutées.


mai 13

Convergences entre les luttes des mouvements autochtones et environnementaux. Quelles actions pour une justice énergétique ?

lundi, 19 h, Ateliers d'éducation populaire du plateau

ATTENTION, ce dernier atelier a lieu dans autre lieu que les ateliers précédents. Les Ateliers d’éducation populaire du plateau sont situés au 4273 rue Drolet, à un coin de rue du métro Mont-Royal.

La justice énergétique implique un changement majeur de modèle politico-économique, ce à quoi plusieurs mouvements sociaux se dédient à travers la résistance aux mégaprojets énergétiques. À travers les processus organisationnels, d’autogestion, de pratiques communautaires et d’alliances stratégiques dans la défense des territoires, comment se construisent des propositions d’autonomie communautaire et territoriale? Comment reconstruire après la dévastation et la dépossession territoriales suite à l’implantation de projets énergétiques?  Ce cours sera orienté sur les stratégies collectives de convergence pour renforcer les luttes et les alliances entre les communautés affectées par les mégaprojets extractifs et énergétiques.