La prise de parole. Histoire du hip-hop

Présentation

Ce cours vise à introduire aux fondements de la culture hip-hop dans l’optique de mieux comprendre son état actuel. Ainsi, il sera question de situer l’émergence du hip-hop dans son contexte sociohistorique et d’observer ses balbutiements jusqu’à la première coupure majeure du genre, au milieu des années 1980. Un accent sera porté à l’acte de parole et à ses premières phases poétiques. Cela étant fait, il sera enfin possible d’observer comment cette culture s’est introduite au Québec et comment elle y a évolué dans jusqu’à aujourd’hui.

Si intéressé, voici un lien Google Drive pour vous partager plusieurs documents (thèses & articles) sur le sujet :

https://drive.google.com/open?id=1avhjFLjmIbAIU5POHD-uDvvVRFygr_gp

Professeur-e(s)

Jason SavardJason Savard enseigne le français au cégep Champlain St. Lawrence à Québec. Il travaille actuellement sur un livre d'entretien portant sur le rap québécois qui devrait sortir au courant de l’année aux Éditions de Ta mère. Son mémoire de maitrise, déposé en 2015, s’intitule Scénographies, garants et types de discours dans l’album Stillmatic de Nas (2001). Il a aussi publié un article dans les Cahiers de la SQRM (Société québécoise de recherche en musique) sur les débuts de l'acte de parole dans le rap américain intitulé De Coke La Rock à Run-DMC : Les phases poétiques du hip-hop Old School.

Plan de session

Librairie Le Port de tête, 269, avenue du Mont-Royal Est, Montréal

févr. 20

Genèse du hip-hop

mercredi, 19 h, Librairie Le Port de tête

La première séance a pour but d’initier aux fondements de la culture hip-hop et de présenter ses premières manifestations en se concentrant sur l’acte de parole. Pour bien saisir tout cela, il est d’abord nécessaire de connaitre la tradition orale afro-américaine de laquelle découle la poésie hip-hop : le signifying. Il faut également clarifier l’usage de certains termes clés comme la différence entre hip-hop et rap. Enfin, il faut aborder le contexte social dans lequel s’inscrit la naissance de cette culture, celui du Bronx des années 1970. Cela étant fait, nous pourrons observer le phénomène des block parties et l’innovation musicale apportée en 1973 par le premier des Pères Fondateurs du hip-hop : Clive Campbell, alias DJ Kool Herc.

Power Point de cette première séance en pdf.


févr. 27

Du verre cassé, partout

mercredi, 19 h, Librairie Le Port de tête

La seconde séance poursuit le parcours historique. Nous sommes maintenant dans la deuxième moitié des années 1970. Les bars de New York sont les premiers à s’intéresser à cette musique et certains lui donnent une place suffisamment importante pour que les artistes peaufinent leur art au point de l’écrire et de le pratiquer. C’est l’âge d’or de la célébration hip-hop « pure », une soirée hautement festive qui marie la danse (le break dance), l’art pictural (le graffiti) et la musique. La culture hip-hop au sens large se définit plus clairement et ose assumer ses spécificités. Certaines maisons de disque manifestent le désir d’endisquer cet étrange phénomène, menant au succès phénoménal de la chanson « Rapper’s Delight » (1979) du Sugarhill Gang. Succès qui signera du même coup la mort de ces soirées magiques. Rapidement, la relation entre les artistes et les maisons de disque devient tendue, particulièrement avec les DJs. Les chansons se contentent de recréer l’ambiance et les routines des soirées d’antan jusqu’à la grande cassure de 1982 provoquée par la chanson « The Message » du groupe Grand Master Flash & The Furious Five. Cassure d’abord dans son rythme, très lent pour l’époque, ensuite dans son thème : la vie rude du ghetto où l’on retrouve du « verre cassé, partout ». Cette chanson ouvrira la voie des possibles pour les rappeurs.

Power Point de cette deuxième séance en pdf.


mars 6

Rapper sous le lys

mercredi, 19 h, Librairie Le Port de tête

La dernière séance nous transporte au Québec. Maintenant que nous avons exploré l’émergence du rap aux États-Unis, il sera question de la Belle Province : comment cette musique est-elle apparue ici? Comment a-t-elle ensuite évolué? Cette séance couvrira plusieurs décennies et ne se limitera pas à la seule prise de parole : il sera aussi question de marketing, de création de médias alternatifs, de relation avec les médias de masse, etc. L’objectif étant de dresser un portrait plutôt global pour expliquer l’émergence actuelle de certains artistes hip-hop dans la sphère publique québécoise.

Power Point de cette troisième séance en pdf.